RANDONNER – LE GARD A VELO


 

Aux amateurs de deux roues sur route…


Carnet de route par Pierre Hemptinne "Vélo cigale"

Sur Pompignan en Piémont Cévenol, la Bergerie en Garrigue est une base idéale pour rayonner à vélo dans la région, carrefour vers différentes destinations. Sa situation évite de démarrer tout de suite dans du « dur ». Pour explorer les Cévennes, on n’a pas le nez dessus, on peut diversifier les angles d’attaque. Le premier coup de pédale ressemble au premier coup de pagaie d’un marin qui essaie de prévoir l’humeur de la mer, pour la journée.

Itinéraire de Pompignan au Pic Saint Loup…

Le circuit le plus immédiat est celui du Pic Saint-Loup, très varié.

A Pompignan, prendre la route vers Ferrières-les-Verreries. Une jolie montée sinueuse à flanc de collines (3 kms), une vue dégagée sur les garrigues.

Filer vers Notre-Dame-de-Londres, c’est roulant, petites bosses vites avalées. Se diriger vers Valflaunès, courte ascension, passer par un magnifique point de vue sur le Pic Saint Loup, site fabuleux. Descente jouissive entre Pic et Hortus, forêt de pins.

Le meilleur est à venir : grimper sur la Montagne du Causse, par Gourdou, avec quelques beaux paliers.

Après, à vous de voir. Il y a une belle ligne droite qui traverse tout le Causse et aboutit en surplomb des garrigues. Vent de face, c’est une jolie épreuve. Le plus gai est de pratiquer les montagnes russes : descendre sur Lauret, petits lacets de rêve, rejoindre Claret et remonter sur le Causse. On profite ainsi de la diversité du site. La vue panoramique en descendant vers Pompignan est envoûtante.

Selon les variantes, une sortie de 40 à 70 kms. Par ce côté du Pic Saint-Loup, les itinéraires sont multiples. Vous pouvez pousser jusque Saint-Martin-de-Londres, place ombragée séduisante et, de là, rejoindre Causse-de-la-Selle, la vallée de l’Hérault, Saint-Guilhem-le-Désert…

Itinéraire en Piémont Cévenol

Mais ce sont les Cévennes qui attirent votre vélo.

Voici une première initiation, un tracé qui sillonne les premiers contreforts des Cévennes visibles depuis la Bergerie en Garrigue. Rejoignez Saint-Hyppolite du Fort. Prendre la petite route en direction de Cros. Faux plats, petits rebonds. C’est frais, ombragé, c’est le Piémont Cévenol et son Vidourle. Prendre vers La Rouvière, 3 ou 4 kms de côte moyenne. Vue vers Saint-Roman-de-Codières. Au col, prendre vers le petit village de Colognac. Là, belle route de crête, dégagée, petits hameaux, potagers à flancs de montagne, herbages autour de Colognac. Descendre au Col du Redarès, continuer vers Monoblet, village incontournable. Au passage, admirez le hameau de Pailhès. Sortir des Cévennes vers Les Montèzes, la route de Durfort, rejoindre Pompignan par Conqueyrac, retrouvailles avec la garrigue... Vous en avez pour 60 kms.

Après cette belle mis en jambes, il est temps d’aller plus loin. Tôt le matin. Prenez la route de Lasalle. Fraiche, parfois froide. Les quelques lacets Col du Redarès mettent de bonne humeur. Lasalle, village représentatif des anciennes industries de la soie. De là, grimpez vers Sainte-Croix-de-Caderle.

5 kms assez consistants. Puis, superbe route de crête où embrasser d’autres horizons cévenols. La descente vers Saint-Jean-du-Gard émoustille. Longez le gardon de Saint-Jean, vers la Vallée Borgne. Un peu avant L’Estréchure, un embranchement magique, soit le col du Mercou, soit le col de l’Asclier. Va pour le col de l’Asclier (1000 mètres), un de mes préférés. Parce qu’il est varié. Milliérines sommeille. En pleine forêt, profonde, parcourue de torrents, il y a un redoux stimulant. Des vues magnifiques vers le Mont-Lozère. Au sommet, vous basculez vers le côté de l’Aigoual (Vallée de l’Hérault). Un point de passage de cyclistes, randonneurs., propices à échanges. Descendre au Col de la Triballe, direction un des plus beaux villages, Saint-Martial, puis Sumène, remonter à Saint-Roman- de- Codières. Se laisser couler jusque Saint-Hyppolite du Fort

Une centaine de kms.

Des défis

« Faire l’Aigoual » un régal. Le massif offre de multiples variantes.
La plus raide passe par le col de la Lusette (des passages à 15%).
Autre belle cavalcade : Pont D’Hérault, Valleraugue, Aigoual, Meyrueis (limite Causse Méjean), passer devant l’Abîme de Bramabiau, obliquer vers St Laurent le Minier, se poser au Vigan… Ou rejoindre l’Aigoual par l’autre versant, via Saint-André-de-Valborgne, Gorges du Tapoul…


Ravitaillement

Les points d’eau sont multiples.
Par exemple, la fontaine de l’Amour à Lasalle, vers le Mercou. Après Valleraugue (et son épicerie bio), quelques kms après Mas Méjean, dans un tournant, un baquet en pierre, deux tuyaux, ça coule en direct de la montagne.
En contrebas de l’Asclier, il y a une source.
A Saint-Roman-de-Codières, dans la tour de guet, jus de fruit, bière, sandwich, pâtisseries, vue sur le Ventoux.
Il y a de petites épiceries un peu partout.
A l’Espérou, un routier tout simple, omelette aux cèpes reconstituante.


Assistance technique

Au cas où, les Cycles Bonnefoux, à Saint-Hyppolite du Fort, dépannent avec sourire.
Le patron pratique, connait toutes les routes, tous les bons coins.